Tourgueniev ce héros » Hill House of love ?

Hill House of love ?

Je suis largué :

Les démonstrations physiques des coeurs morts (même de l’âme lui-même) de la Chambre de colline parmi plus impressionnant sont jamais vues sur un écran: l’arrangement dans la scène du n’a sage qui pour faire d’effets spéciaux à de numérique ni des d’ordinateurs. L’effet optique de la porte de la salle de fixer le jusqu’à coudé pour fendre est des plans plus beaux de l’un de tout le l’histoire du cinéma du fantastique. Que là où le d’Eleanor de regard fixe une sculpture appliquée au mur de la salle et du s’endort comme étonnant. Les plans dans le projectile d’bas-angle avec les degrés ont apporté plus étroitement plus ou moins d’objectif léger d’large-angle la maison, de son escalier dans la spirale, ses couloirs avec l’angle droit ne sont jamais aussi très impressionnant par leur rigueur que le l’on peut qualifier le documentaire. Sans parler au sujet de tous les plans de « a amorti » des d’intérieurs ou des d’extérieurs de maison: elle jamais transparent et purement minéral n’est mais plus ou moins « active » (d’où le participe actuel du titre américain) et « opaque » dans ses moindres cavités comme dans l’ensemble massives, grâce au soin pris aux framings et l’assemblée. On dramatise plus de film de qu’un de la fiction, le résultat documentaire dont la part descriptive (les images aiment des dialogues), aussi la part réaliste et néo–realist sont les lieux de ce qui est niée avec le l’anthropologist du film mais sont accordées aux autres acteurs et aux témoins: une expérience de l’épouvante, la crainte absolue l’indicible.

Ca y est, Harisson «au revoir» Ford à enfin largué ce petit cul sérré de Calista «Hard Core» Flockhart.
Old par igor le 07 Nov 2003