No sex-drug-rock last night !

Short par igor le 18 Sep 2010

2d2s

Old par -- Zan le 12 Déc 2002

quand on sait qu’einstein a failli rester bloquer sur e = mc3, ca fait relativiser

… anglophile, Tourgueniev se maria et changea de bord … (à suivre)

Think pink!

 

Harold Camping !

Short par igor le 21 Mai 2011

PARA UN TANGO FUTURO

corriendo por el frio y la lluvia
courant dans le froid et la pluie
dibujando mi destino sobre labios que imagino
dessinant mon destin sur des lèvres que j’imagine
buscando por algun dia como me llamo
cherchant dans les jours mon nom
corriendo por la calle y por la noche
courant dans la rue et dans la nuit
llamando mi amor pesado como lagrimas
appelant mon amour épais comme des larmes
ya no te encuentro en mi porvenir
je ne te trouve plus dans mon avenir
donde estas? donde estas?
où es-tu? où es-tu?
mi vida… un llanto largo e invisible
ma vie… une plainte longue et invisible
vos… un fantasma que en mi primer nacimiento soñé
toi… un fantôme que je rêvai lors de ma première naissance
mi muerte… tu mano, tu ojo, mi olvido y tu voz
ma mort… ta main, ton oeil, mon oubli et ta voix
llanto febril de un dia olvidado
plainte fébrile d’un jour oublié
corriendo por el frio y la lluvia
sourant dans le froid et la pluie
dibujando mi destino sobre labios que imagino
dessinant mon destin sur des lèvres que j’imagine
buscando por algun dia como me llamo
cherchant dans les jours mon nom
vos… un fantasma que en mi primer nacimiento soñé
toi… un fantôme que je rêvai lors de ma première naissance

c h a q u e n u i t j e m ‘ a t t e n d s – j ‘ a i m e r a i s – t e t r o u v e r d e v a n t m a p o r t e à m ‘ a t t e n d r e

Old par orad le 07 Nov 2002

couleur

lotus, ctgr - dans la tete

 

Au clou la vie passée. Patatrac. plixi.com/p/58879634

Short par igor le 24 Nov 2010

 

Enfin un truc comme ça.

Short par igor le 09 Mar 2011

Minuit pile

Merci à tous les tourguenistes et non-tourguenistes qui sont venus me faire un coucou vendredi soir.

Et merci à Jack Bauer from CTU.

Et merci à mon amour.

Bisous

Old par D.b le 07 Fév 2004

 

Oh ! Bien.

Short par igor le 20 Nov 2011

Comme dans un film d’alfred e-scotch ?

Old par igor le 05 Déc 2003

Rober Walser ce héros ?

Une trentaine d’hommes sont réunis dans une seule pièce. Le public les
regarde à travers une vitrine Ils sont là , ils discutent, comme dans un
cocktail ou un vernissage. Par petit groupe, un tel parle avec un tel. On
dirait qu’ils se connaissent. Ils sont tous nus. Ils tiennent tous une
hache dans la main. Après une heure environ ils commencent a quitter la
salle, habillés et avec leur hache dans un sac, portant ainsi la fiction
dans le réel de Paris.

H

Robert Walser voit le jour en 1878 à Bienne en Suisse, dans une famille nombreuse. Il travaille un moment comme employé de banque, écrit quelques poèmes avant de partir avec son frère Karl à Berlin en 1905. Alors que Karl peint, il écrit en trois ans Les enfants Tanner, Le commis et Jacob von Gunten traduit par L’institut Benjamenta, des romans sur sa famille et ses petits métiers.
Il rentre en Suisse en 1913, puis déménage à Berne en 1921, publie La promenade,La rose. Il mène une vie de chroniqueur peu productif, passe du temps à boire et dans les divers spectacles culturels de la ville, écrit quelques textes courts en prose qu’il appelle microgrammes, mais plus un seul roman.
Après plusieurs tentatives de suicide, il est interné volontairement à l’hôpital psychiatrique en 1929, où il mourra dans la neige le jour de Noël 1956, sans avoir plus écrit une seule ligne. Bien qu’admiré par des contemporains comme Kafka ou Musil, ses oeuvres restent inaperçues de son temps.

Ce site

Old par igor le 30 Sep 2002

 

L’enquête continue. t.co/pkM5pQ0b

Short par igor le 23 Sep 2011

 

Hommage nocturne à @sashagrey . Merci pour tout. Take care.

Short par igor le 13 Juin 2011

LE MONDE DE PERSONNE

Old par To le 12 Jan 2005

Je ne m’appelle pas Alex.

Old par Rodia le 02 Avr 2003

 

Depuis les collines, on pouvait apercevoir la mer.

Short par igor le 21 Sep 2015

cui!

Old par Gu. le 12 Avr 2004

Je pense que la rue Broca, à Paris, est l’endroit idéal pour finir ses jours. Même prématurément.
Le 5 août 198*, je m’y étais trainé en soirée, désespéré de ne pas être amoureux et avec une
pénétrante envie de glace à l’italienne. Ce n’était pas du tout comme dans les contes.
La rue Broca ? Il ne fait pas spécialement bon s’y promener, mais dans une perspective de mort,
il doit être plutôt agréable d’y vivre.

Old par DrT le 25 Mar 2003

Old par sumoto le 12 Fév 2004

Old par Gu. le 21 Mai 2003

 

Sur la plage ce matin, gisement de bauxite foulé au pied, Vaudou samedi soir, les loas me conseillent de voyager de nuit. #loas #Paramaribo

Short par igor le 03 Juin 2009

Où est passée ma fricative uvulaire sonore?

 

Et Igor de décider de mettre l’accent sur ces moments forts, ratés. Genre Woodstock, j’y étais pas. La naissance de ma mère, non plus. Etc.

Short par igor le 31 Mai 2012

J’vous préviens vous avez intérêt à bouger vos p’tites fesses et à vous procurer le live de Led Zeppelin.

le récitant : envie de FdM…

Old par igor le 21 Mai 2003

Joyeux noël !!

Old par -- Zan le 18 Déc 2004

 

« parfum de fleur de melon » 0 50 34][3 « pont suspendu entre deux rives » 0 55 73][4 « temple solitaire dans la montagne » #haiku

Short par igor le 10 Juin 2009

Paramaribo – Note 1


Je marche sur la plage une à deux heures par jour,
Chloé reste à l’hôtel à bosser sa fiction,
On nous porte des glaces à la papaye vers 10h,
Les chambres contiennent des geckos impresionnants,
Chloé n’aime pas vraiment les geckos mais ils mangent les moustiques,
Je ne travaille pas à un roman avec une grande absence de constance,
Sur la plage ce matin, gisement de bauxite foulé au pied,
Vaudou samedi soir, les loas me conseillent de voyager de nuit,
Puis viennent le cacao, le café, les agrumes, les bananes et la canne à sucre…

Old par igor le 04 Sep 2005

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi;

Old par orad le 23 Jan 2003

 

Je peux tout entendre. Je peux tout dire. Je possède un objet de nature extraterrestre greffé entre les deux sections de mon thalamus. #zen

Short par igor le 19 Oct 2009

 

The foolishest love song by the girl with the green t-shirt.

Short par igor le 31 Déc 2010

 

Le dirigeable survole la verrière de @Flore_m. Avec nos puissants projecteurs, on lui fout les chocottes sévèrement.

Short par igor le 30 Sep 2011

 

Le matin. Oui. Le sommeil. Non.

Short par igor le 08 Mai 2011

Seule une once de poussière sépare
Le complexe de superiorité du délire de persécution

Old par Gu. le 14 Mai 2003

[konsstruktVOUSaime] punKpoésie

ils sont là ils sont tous là

tous les policiers tous les militaires

toutes les armées elles sont toutes là

toutes la pour me protéger

je peux plus faire un pas sans être protégé

contre moi contre tous les dangers

protégé protégé

protégé contre les voleurs

protégé contre les insulte

protégé contre les attaques suicides des avions de ligne

protégé contre moi

contre mes tendance à l’autodestruction

contre mon alcoolisme

contre ma toxicomanie

contre mon envie de baiser sans capote

protégé contre l’univers dangereux et méchant

merci les flics

merci les militaires

merci les gars d’être là

ça vous va si bien le vert et le bleu marine

c’est si chouette l’odeur de la poudre mélangée à celle des croissants

c’est si rassurant de vous voir tabasser à quatre un jeune branleur aux poches pleines de chit

heureusement que vous êtes là

pour me permettre d’être libre

heureusement que vous êtes là

pour m’aider à pas gâcher ma liberté

heureusement que vous êtes là

pour m’empêcher de faire n’importe quoi

heureusement que vous êtes là

[konsstruktVOUSaime]

Mais, gémirent les Huîtres, attendez un instant
Avant de bavarder, de grâce !
Certaines d’entre nous ont le coeur fragile
Et nous sommes toutes bien grasses !

Old par M. Fox le 07 Oct 2005

entretenir l’espoir___________________________[+]__________________________mais pour quel futur?
Old par sumoto le 24 Juil 2003

Old par Gu. le 15 Juil 2003

 

Je ne sors plus en plein soleil, les rideaux sont noirs et opaques, ma vie sociale est particulière, le chat vole dans le salon, undead.

Short par igor le 26 Oct 2010

Bang bang (My Baby Shot Me Down)

I was five and he were six

We rode on horses made of sticks

he wore black and i wore white

he would always win the fight

Bang bang, he shot me down

Bang bang, I hit the ground

Bang bang, that awful sound

Bang bang, my baby shot me down

Seasons came and changed the time

when I grew up, I called him mine

he would always laugh and say

Remember when we used to play

Bang bang, I shot you down

Bang bang, you hit the ground

Bang bang, that awful sound

Bang bang, I used to shoot you down

Music played and all people sang

Just for me the church bells rang

Now he’s gone I don’t know why

untill these days Sometimes I cry

he didn’t even say goodbye

he didn’t take the time to lie

Bang bang, he shot me down

Bang bang, I hit the ground

Bang bang, that awful sound

Bang bang, my baby shot me down

Old par igor le 01 Déc 2003

Minuit pile

Old par igor le 17 Oct 2003

faut être prêt !

Old par igor le 17 Mai 2003

Analogique
J’ai le souffle et la chaleur d’un vieux vynil.
Pressage hasardeux, les faces sont multiples.
Il faut m’attraper délicatement, du bout des doigts.
Je suis un peu rayé, je saute tout le temps si on oublie de me retourner.

Old par Nothing le 26 Nov 2002

la FdM ne peut pas manger autant
la FdM ne se produira que si les gros balourds cessent de gigoter de droite à gauche quand on les accroche à l’hameçon.
lui je l’aime bien…
Old par igor le 27 Avr 2003

Herpesvirus d’Epstein Barr

Brrr, t’as pas l’air commode, toi!

La plus belle fille du monde me spamme : « Jean-YES, tu as vraiment le sens de la formule, tu es trop classe, ton écriture me donne des frissons, t’as ce p’tit truc indéfinissable, cette touche intello-glamour qui me fait tout chose ; je crois que je t’aime ».

Je sais, je sais. Et ça ne fait que commencer.

L’écriture qui se méfie des images : voilà le seul commencement envisageable.

L’unique argument qui peut devenir une arme de combat pour peut-être nous délivrer de nos difficultés et assumer la nomination d’une chose, d’un objet, d’un être — extraits du visible. Sous ce problème abstrait se cache la peur de typifier, de simplifier, de tuer tout simplement au moment de l’exécution, de l’identification. Une description à retardement ? Nous savons que l’inexorable se produira. Mais le risque d’être piégé ci-tôt engagé dans l’écriture m’impose la prudence. Certes, on peut m’accuser de prendre une pause. De devenir malgré moi une image. Pour y échapper la surprise doit-être à la mesure du changement, de la rupture. Contrairement à ce qui a déjà été écrit (« refuser l’héritage du passé »), pour susciter ce retournement, il faut construire une continuité, et féconder le passé des phrases en engendrant un monde. Le problème ne semble pas si insoluble. Je reviens à la méfiance des images, à cette formidable tension devant le choix d’un monde à annexer, à interpréter. Aucune complaisance dans cette situation d’attente, il s’agit d’une croyance pure au réel, nous y sommes presque, patience.

Une andouillette, quéquette ?

l’échec d’une manipulation génétique. une mauvaise construction dans le texte. il y a quelque chose qui ne colle pas mais vraiment pas. quelque chose d’infime qu’il n’y a que moi qui peut voir. la moindre application et ça explosera à la gueule de n’importe qui. l’erreur met les génies au niveau des débiles. la moindre erreur et c’est comme si rien n’avait été fait. mourir hier ou avant avant des siècles avant c’est la même chose: il est mort. la différence est minime, savoir employer les mots que tout le monde connaît et utilise. « parler avec les mots des autres, ce doit être ça la liberté, voilà ce que je voudrais faire ». et après? pas de différence ou une différence minuscule, quelle est la différence?

Old par orad le 05 Juin 2002

THEORIE DU K.O.

Old par To le 13 Fév 2005

Chat urbain
cherche
Loup provenance indi.
pour promenade sur l’arc en ciel.

envoyer la reponse au journal
qui transmettra.

Old par M. Fox le 10 Avr 2002

Loin des yeux loin du cœur

Old par -- Zan le 27 Mai 2005

ça ne veut rien dire…

non.

Old par -- Zan le 28 Juil 2003

À se voir trop souvent, nous sommes devenus des étrangers l’un pour l’autre.

 

La chaussette bleu du pistolero espagnol, le cheval, les bois, Londres. Mama, i feel the same. Nimp. Maman moi. Reine de la danse. #ns

Short par igor le 26 Mai 2010

Do it.
ne pleure pas minette, c'est l'agonieUne nuit,
mercredi soir,
lire un livre,
jouer un peu,
attendre ta venue,
rien ne vient.
Une nuit,
j’ai froid,
toujours pas de toi,
tu manques,
jouer un peu, en attendant.
Il pleut,
j’ai chaud,
jouer encore,
t’attendre,
regarder les ions qui vont
et viennent.
Say you want a revolution.

Old par igor le 11 Juil 2002

happy !

Old par M. Fox le 09 Jan 2003

le récitant : je veux encore un peu de miel.

Old par igor le 23 Juin 2003

Vracarme
Et il en vint à penser qu’il
n’y avait pas de
second degré, que le secret
n’avait plus de prestige, la confidence,
aucune classe, gesticulations vulgaires
(des bruits sans significations), pas de
promesses, d’extensions, humour limité
jouissance minimale, méfiance —
voilà comment parfois il voyait le monde,
et voià que ce sale monde pouvait à
tout moment se contaminer à ses rêves
il comprenait très bien les déjections
des modernes, leurs cynismes, et leur
manque insensé de goût.

Old par adc le 26 Avr 2003

Tu grimpes encore sur moi
pour avoir des caresses,

griffe moi un peu,
tu tressautes sous ma main,
comme une vierge
au bras d’un marin

l’ailleurs est en toi
et cet abime dans tes yeux
je m’y échappe souvent,
lorsque j’ai du tourment

Tu es mon réconfort,
ma retraite paisible,
mon amour
et mon coupé sport,

chacun de tes poils
est un de mes amis,
chaque pas que tu fais
m’émerveille et m’éblouit

Je ne veux plus jamais te quitter,
frottons nous pour toujours,
l’un contre l’autre
serrés

Old par M. Fox le 23 Avr 2003

 

Ce soir les indiens gagnent.

Short par igor le 28 Nov 2013

 

Carver était un peu dans ce genre, avant de virer philosophe coupe-tête : t.co/O1Kpgnc

Old par igor le 11 Fév 2003

 

Le tourguenisme autochtone est une description de l’ensemble des activités tourguenistes qui appartiennent et qui sont exploitées par…

Short par igor le 05 Mai 2009

 

Quand j’étais petite mes occupations étaient vaines et souvent plutôt égocentrées, ironique chaîne d’acide désoxyribonucléique sans doute.

Short par igor le 23 Sep 2011

 

Ça roule en boucle, Volvos en flamme sur la N7 à hauteur de Villejuif. Tirs de mortier et jolies pépées en perspective. Mina s’interroge.

Cette photo n’a aucun intérêt.

Old par Rodia le 12 Mai 2003

le récitant : tout va très bien se passer.

Old par igor le 03 Juil 2003

ô Marennes !


Old par M. Fox le 31 Mai 2003

« … L’affaire du Pterodactyle :PTERO.GIF confirme ce que nous disions au sujet des crapauds enchâssés dans la pierre retrouvés VIVANTS par dizaines. »

Old par -- Zan le 18 Fév 2003

 

Et la peur de l’autre, l’égoïsme pur et simple, le je avant le nous, avant le eux, la simple ignorance, toujours les armes du capitalisme.

Short par igor le 22 Avr 2017

Je n’ai plus de seins…
Ni non plus de derrière…
Mais par contre je serai
Toujours ton amie sincère…

Tu veux un calin?

Old par Gu. le 01 Déc 2002

Old par sumoto le 31 Mai 2003

Old par M. Fox le 05 Jan 2003

Besoin d’un coup de pouce ?

moi ce hérosMa vie à moi, sans fard ni planquette c’est un truc vraiment classe.

Enfin, des fois, on voudrait se foutre à l’eau et attendre un long moment que ça pase, la vie. Mais bon, y’a pas toujours facilité, rapport à l’absence de fleuve. Donc on tient le choc jusqu’à la prochaine fois.
Laver ses mains pleine de foutre…
Ou les lécher ?

Old par igor le 12 Juin 2002

ce compte à rebours m’épuise
qui es-tu ?
je sais déjà que tu arriveras
au moment
où je cesserai d’attendre

Old par M. Fox le 23 Avr 2003

La bonne blague du film d’hier :
« – Tant pis, je vais me faire à l’idée
– Ah, tu le connais ? »

Old par -- Zan le 15 Avr 2003

Soudain, je n'étais déjà presque plus là
Il faisait un peu gris, le 8 juin 1997 à St-Jean de Maurienne.
Mon sac sur l’épaule, j’ai tourné le dos à mes amies.
Et je l’ai rencontré. Sais-tu qui est cet homme qui m’appelle au carreau de sa voiture ?

Ou peut-être pas.

Old par Nicolai le 15 Nov 2002

 

Oui, c’est moi.

Short par igor le 23 Avr 2011

He is the invisible man,

catch him if you can

Old par M. Fox le 09 Fév 2003

Petit moment tendresse parmi ces sombres lignes… Histoire(s) d’ensoleiller l’ensemble, puisque tel est le rôle voulu par mes origines. Le printemps est là, il fait bon et chaud, et qu’est-ce qu’ils sont beaux, les quais de la Garonne quand ils deviennent une plage citadine ! Et qu’elle est belle, la brique sous cette lumière renouvellée ! Pour un peu, je me sentirais en Espagne. Pour un peu plus, je me sentirais en Amérique Latine… J’y cours.

Old par Mr le 24 Mar 2002

 

On brule les effigies de La Licorne Rose Invisible à Varsovie. Les serviteurs de L’Huitre Violette (of Doom) défilent, briquets en l’air.

Short par igor le 01 Mar 2011

le récitant : quitte à être une légende, autant être une légende vivante.

Old par igor le 28 Fév 2004

Minuit pile

Old par igor le 11 Jan 2004

Old par M. Fox le 06 Avr 2003

#23
Parole vaine du héros.
La voix souveraine, elle revient, c’est ça : tressautements de sensations
et je parcours le temps, je revis en une minute les dernières journées,
et je vois un esprit insatisfait, une tête bien faite. E. m’a dit que j’aimais la douceur
de mon visage. Est-ce ainsi qu’il faut lire les traits du héros ?
Douceurs sourdes.
Je ne vois pas pourquoi je m’interdirais de relier mon bonheur à l’écoute
d’une cantate. Et si la quête du héros c’était de se rapprocher de dieu ?
Ha non. Pas sérieux. Pas aujourd’hui. Pas dans l’époque.
Et je me tairais enfin ? A la droite ? Le ciel ? Oui j’aime regarder le ciel.
Mais cela ne prouve rien.
Le héros veut anticiper, brûler des étapes, se brûler la vie
pour un chemin somptueux.
Est-ce que je mérite cette éternité ? Cette facilité ?
J’écoute donc la voix souveraine de Barbara Hendriks
au nom du père inconnu. Et j’attends.
Posture essentielle du héros, chasseur grotesque ; mouche aux ailes d’anges.

Old par adc le 26 Avr 2003

 

Chère maman, ici tout se passe bien. Les chats sont plutôt fiers de leurs nouvelles amitiés. T’embrasse. t.co/CvFaPK3c

Short par igor le 16 Mar 2012

 

Je vais faire amputer la. Une moto est en train de me pousser. Le guidon entrave mes déplacements. Je suis igor le boiteux. #ΩΨΣ

Short par igor le 24 Mai 2009

mais dis moi…

° °

vA savoiR ?

Old par clement le 29 Oct 2003

Comme disait Spinrad : Le pire n’est pas de se vendre, c’est que personne ne vous achète.

La phrase de la journée :
You never grow too old to blow bubbles.
Eiffel Plasterer

« Eiffel Plasterer doesn’t just blow beautiful bubbles with soap, he does it with life itself. He is national treasure. »
Chicago Tribune, 12/3/85.
Eiffel Plasterer was featured bubbleologist at the San Francisco Exploratorium Bubble Festivals, and at the Pacific Science Center in Seattle. A Huntington County high school science teacher, Plasterer kept soap bubbles in suspension for years at a time.


Eiffel Plasterer plays Basket Bubbles here!

j’ai vu des rues mourir pour moins que cela
toutes les nuits

en bas

on dirait la plage

on imagine facilement a quel point votre vie peut se
r&eacuteduire a un triste &eacutenonc&eacute qui chaque
jour se r&eacutetr&eacutecit jusqu’au ridicule ;
pr&eacutesence persistante bien qu’infime dont
le bruit me fait penser aux g&eacutemissements
terminaux d’une mouche que je viens d’&eacutecraser. Elle pourrait
constituer un sain motif de col&egravere, voire de m&eacutepris,
mais la complaisance dans le regard que vous portez au miroir rend
difficile le d&eacutetachement que suppose ce m&eacutepris.
Pourquoi ? Parceque je suis parfois aussi tent&eacute de m’exercer
aux belles gesticulations devant le regard d’autrui. Craner dit-on.
Se pavaner dit-on. Se plaindre dit-on. G&eacutemir dit-on.
Mais il y a autre chose a honorer (d&eacutecouvrir ?) le dehors.
(Je comprends la s&eacuteduction de la chambre et le bonheur d’y rester en
compagnie ou seul pour jouir ou g&eacutemir. Exposez-vous dehors,
il fait assez bon. en ce moment. Je vous en prie, &eacuteconomisez vos images
vos confessions, il n’y a plus d’homme digne de se fondre dans l’attente de
l’amour, de disparaitre sans fracas.)

Old par A venir le 09 Oct 2002

ici »