dans mes rêves la nuit

nous jouons tous les trois

à en perdre haleine

dans des cachettes humides

des sifflements stridents

nous tarissent le cœur

puis lacèrent nos veines

nos âmes se fendent

elles ne sont qu’une grande plaie

entre vos deux corps imaginaires

je suis plus seul que jamais

trahi par l’amour

usé par le temps

éric et jonathan, 17 ans

l’artiste goûte alors l’âcre de sa solitude

pourquoi ne peut-il

jamais

jamais être aimé ?

il se réveille en sueur

dehors le brouillard se refait un teint

j’ai mal au ventre

une boule dans la gorge

et suis incapable de pleurer.

le récitant : prendre un bain de pied et explorer son troisième niveau.

Old par igor le 04 Août 2003

Genocide muet

Liberia – Etats Unis

Quelques étoiles de moins et tant d’indifférence.

Elle attend patiemment de nouvelles victimes, de nouvelles proies, de nouvelles brebis égarées à broyer, à saigner, à amener au niveau du sol, à traîner dans la noirceur de ses tortueuses entrailles pour la digestion des âmes et des corps. Les moutons se hâtent vers Elle, insouciants. Pour les rouges c’est le dernier voyage, pour les bleus…
Old par igor le 04 Août 2003

sur l’alpage abandonné …

pollution, moi je dis NON

SILENCE

LA NUIT

– Poussière du rêve –

QUELQUE PART …

… Un sombre complot subliminal se terrait entre le Verbe et le Nombre

« Pour vous, nous avons

Le couteau sans lame

Auquel il manque le manche »

« Dis maman, la dame de George Bush elle s’appelle

Hussein ? »

Ben 6 ans et demi, analyste economico-politique en herbe

du conflit americano-irakien.