Le problème :
Tu es myope du cœur
Et presbyte du con

Transgression

Old par To le 05 Fév 2006

Tout ça c’est du….

Old par JLB le 21 Fév 2006

ainsi cela n’achève
pas que les chevaux…

liberté d'(in)ex-pression

Ils sont caractérisés par une tête bien distincte, pourvue de deux grands yeux d’une structure très analogue à celle des yeux des vertébrés et couronnée, à l’entour de la bouche, de huit ou dix prolongements mous, très mobiles, nommés pieds ou tentacules.

Old par To le 05 Fév 2006

–> “a light bulb, hangin’ over my bed” (your love was)

Old par ... le 08 Fév 2006

Je n’y comprends rien, mais

Old par ... le 08 Fév 2006

à force de réfléchir
quel genre de miroir
suis je donc devenu…

Ca serait tellement facile.

ou ou ou mais ici ?

Old par igor le 21 Fév 2006

sboïng

“Even better than the real thing
Even better than the real thing”

Old par ... le 15 Fév 2006

Appartements pour nuits blanches

Old par JLB le 07 Fév 2006

Tourgueniev (ce héros)

… en prison ?

oh c’est haut !

New York City

Old par Gu. le 07 Fév 2006

Il ne se passe rien.

Il ne se passe rien, jamais rien. On pense que ça va venir alors on guette, on guette le changement, la modulation, mais rien ne se produit, rien ne se produit jamais. Quelque chose, quelqu’un devrait arriver, on guette la porte, on guette les médias, on guette par la fenêtre et du haut de la tour, et l’on ne voit rien venir. Il ne se passe rien, sur l’écran, une image figée depuis, une petite fille, robe bleue, un arbre, dégarni, et une balle multicolorée au premier plan, obstruant presque totalement l’image ; second plan la petite fille et l’arbre qu’on devine à ses branches, herbe drue que l’on devine aussi, autour de la balle, de la fillette et du caméraman hors-champ. La fille semble sourire au caméraman, à la vie, à toute cette verdure autour d’elle, un sourire tout simple, éclatantes dents brillantes cassantes sous le soleil de janvier, ses yeux, que l’on devine bleus cornichon brillent de la joie simple de l’enfance insouciance. Il ne se passe rien, jamais rien. Alors on reste là à fixer l’écran, à détailler fillette, à attendre un message officiel ou une publicité pour reprendre une activité normale, mais rien ne change, les yeux qui brûlent, pleurent à force de regarder les electrons, l’écran, répétition.
Old par igor le 08 Fév 2006

Old par ... le 08 Fév 2006

VINGTSIX M’A TUER…

une fois sortie du magasin
marie-jo ressentit soudain le besoin
de vérifier si le modèle
était bien conforme
à celui du catalogue

Old par -- Zan le 18 Fév 2006

Pour Konstruckkkkkt

Mon père est mort
Je ne me souviens pas s’il a jamais vécu
Mon père est mort
Des mots morts sortent de sa bouche
Des mots vides, des mots putréfiés
Sa démarche est celle d’un zombie
Mon père est mort
Je ne veux pas le voir en vie

ici »