Et la nuit de nous engloutir.

 

Je projette ton visage, immense, sur le mur de la chambre. Merveille de la nostalgie, de la technologie moderne, de la miniaturisation. Paf.

 

Et la nuit de fondre sur nous, affamée.

 

Quand c’est l’amour faut pas trainer les pieds.