Allongés sur le toit du bunker, nos amis se réchauffent au soleil, se sourient, se blottissent très tendrement. Leurs combinaisons protectrices sont un peu encombrantes et épaisses mais offrent une protection d’au moins sept minutes. Quel luxe. Autour d’eux, un monde de cendres.

 

Igor range les munitions dans le sac à dos gris sale. Mina sourit. On est en Angleterre ici. Les gens n’ont pas de revolver. Carver classe les manifestes qu’ils distribueront dans la zone périphérique. L’homme à la tête de chat passe un veston en kevlar très classe, glitter rose.

 

Mina regarde le feu. Elle pense à une chanson folklorique du vieux millénaire. Burn the disco. Hang the Dj. Ses mains se posent sur les grenades customisées, rouge, noire et paillettes, évidemment. Les nazis sortent en hurlant, nus. Igor rigole. Mina plisse les yeux. Explosions.

 

Les néons clignotants, les murs suintants, graisseux, l’air goût recyclage, les cafards volants massifs, on est lundi. Igor baisse la tête, Carver se blottit, tout contre, leurs doigts s’effleurent. Mina, déjà ivre, prépare un mauvais coup, du genre politique, et nucléaire. Boum.

 

L’air est chaud, un peu humide.

 

Mina, en combinaison de parachutiste soviétique, regarde le camp en contrebas avec un monoculaire anthracite. Les réfugiés quittent la région, la menace nucléaire a tué tout conflit interne. Igor ondule lentement, ragtime. Le dirigeable chinois, couleur savane, brûle, au ralenti.

 

Ils se retrouvent dans la carcasse d’un zeppelin, chinois ou russe, pulvérisé par l’explosion liminaire. Mina claudique un peu mais semble bien. Carver et Igor, ivres et nus, enlacés sous la douche de décontamination, luisent légèrement, irradiés. Vodka pour tous. Entropie tango.

 

Dehors la musique est tonitruante et les basses, volcaniques, font exploser les trop petits animaux. Carver enfile ses jeans neufs et des lunettes d’aviateur. Ses pupilles sont déjà immenses, lacs sans fond, quand il bondit hors du bunker. On va voir ce qu’on va voir. Fuck. Yeah.