Le travail en progress

Pensée :

Je devrais trouver une femme pour partager ma vie.

Question 1 : êtes-vous sûr de cette pensée ?

Réponse : Evidement.

Question 2 : êtes vous vraiment sûr de cette pensée ? si vous étiez capable de prévoir votre avenir, seriez-vous toujours certain de cette pensée ? pouvez-vous être certain de la véracité de cette pensée ?

Réponse : Hein ?

Question 3 : comment vous sentez-vous lorsque cette pensée vous traverse ?

Réponse : Cela va de frustré à très malheureux.

Question 4: sans cette pensée, comment vous sentiriez-vous ? qui seriez-vous ?

Réponse : Plutôt heureux.

Renversement de la pensée :

Je ne devrais pas trouver une femme pour partager ma vie.

Je devrais me trouver pour partager ma vie.

Je devrais trouver un homme pour partager ma vie.

Une femme devrait me trouver pour partager sa vie.

un prénom tout pourri mais un corps exemplaire ma chérie

Old par felix le 09 Août 2004

le récitant en exil : les tourgenistes : chapi chapo et ils t’emmerdent.

Old par igor le 09 Août 2004

Yo pronto me voy a escapar

Je brûle mes dernières cartouches.

Je ne sais pas à quoi tu joues. Je t’ai tout dit mais tu as encore peur. Ferme les yeux. Allonge tes jambes sur mes genoux. Donne moi ta main. Je sens ton coeur trembler. Un peu pour moi. Un peu devant l’inconnu. Qu’avons-nous à perdre ? Crois-tu que je ne sache pas tous ceux qui me haïrons ? Crois-tu que j’ignore le le prix de ma trahison ? Crois-tu que je n’aie pas eu le temps de songer à tout cela ?

Je rêve de toi depuis si longtemps que j’ai dû perdre un peu la raison.

Je rêve de toi depuis si longtemps que l’attente m’est devenue presque indolore.

Je survis, en sursis, une éternité dans ton ombre.

Ne t’éloigne pas trop, chacun de tes pas loin de moi resserre l’étau autour de ma poitrine.

Je t’aime à mourir sur la plage devant le soleil couchant.

Mes mots d’amour sont aussi risibles que cela sans doute.

Bientôt il y aura du changement tu sais. Je rassemble mes forces avant la revolucion. Je ne t’ai jamais menti malgré toutes ces années de silence. J’ai trop attendu peut-être. Je me suis endormi quelques temps. Mais aujourd’hui je suis bien en vie devant toi et n’attends plus qu’un mot pour t’emmener.

Ne joue pas.

Je t’aime.