Plus tard. A voir.

 

Igor, une côte cassée, trouvait le matin bien long, les gestes du quotidien relativement pénibles à effectuer, le soleil bien trop rond.

 

Lieu ou construction sommaire servant de protection contre les intempéries, de refuge contre un danger. Contre pluie, bombes, rats, dindes.

 

Trois garçons imaginaires m’entrainent au fond du bassin, leurs mains comme les mâchoires d’un grand requin blanc, seul. Trop de sang, salé.

 

Au moins avec les singes on n’a pas de surprises.

 

Rêves d’examens non révisés, de compagnonnage sexuel et finalement de catastrophe aérienne.

 

Mère nature semble mécontente des suites de l’affaire #DSK.

 

Question de thon au cœur de la nuit.

 

Ça vous semble fou, mais c’est arrivé.

 

Bon ok, je pleure dans le train.

 

Je croque dans une pomme un peu trop verte et c’est le drame.

 

Igor : “Quitter la ville, enfin.” Mina : “Ne rêve pas : c’est terminé.” Carver : “LOL ! ” Igor : “Mais..! ” Mina rigole et ouvre le feu.

 

On vient de me livrer un tatoueur ivre de taille inhabituelle. Un T.I.T.I. Je vais l’installer dans le bureau. Il a juste un sac à main.

 

Si vous jouez avec les animaux non apprivoisés, petits lapins, vous risquez de vous faire pincer très fort. Portez un fez, un nœud papillon.

 

Je veux recevoir des morceaux de ton corps. t.co/3toWtXf

 

Suivre le chat dans la forêt. Rencontrer son amante secrète. Tous les trois on écoute les chiens hurler. Un peu inquiets on plisse les yeux.

 

On levait le camp. Mina montait la garde. Carver et Igor pliaient la tente, lavaient la vaisselle, les chevaux.

 

Sans ma barbe. t.co/hTJ0Ts7

 

J’ai compté, ça fait un nombre à un chiffre.

 

 et la fin du monde 

ici »