Old par Gu. le 10 Mar 2004

Old par sumoto le 10 Mar 2004

On a plus peur du rythme

Vos mains vous révèlent, s’appliquent sur de nombreuses parties du corps.

Ouvre-toi.

Mais je reviens à cette notion de lien.

Parce que je pense que cette femme est la reine du lien.

Comme toutes les femmes, je m sens très chic en sortant de chez moi.

Jusqu’à ce que je croise une femme vraiment chic dans la rue…

Soit. Puis, lors d’une soirée dans une boîte lesbienne, je me mets à sortir avec une fille.

Depuis ce jour je suis totalement attirée par les femmes, mais j’ai toujours l’air d’avoir fait la fête la veille.

L’ornement n’est plus un crime,

la nuit est jeune, le jour se lève,

bonne nouvelle pour nous les gourmandes,

plus on jouit, plus on jouit,

je sauterais bien la baby-sitter.

(mais je n’ai pas encore réussi à TOMBER enceinte) ;

femmes fontaines, femmes humides, je m’en lave les mains.

C’est quoi une fille ? Où sont les femmes ? À quoi les reconnaît-on ?

Elles notent tout.

Dans des appartements vides, sur des fauteuils, table, cuisine, sandwich, par terre, baignoire, fenêtre, piscine, je ne sais combien de chattes j’ai léchées.

Comment le dire avec des mots ?

Old par SiStroy le 10 Mar 2004

en fait si j’ai peur (…)

Old par Gu. le 10 Mar 2004

Received: from 67.168.35.229 [67.168.35.229] by b0504.idoo.com id 200403101634.1105; Wed, 10 Mar 2004 16:34:40 GMT

Message-ID: <67c601c406be$9abd85f2$1bd4a998@mzpeci>

From: « Ethel I. Moss »

To: Shioran

Subject: I love you alot

Date: Wed, 10 Mar 2004 16:39:21 +0000

MIME-Version: 1.0

Content-Type: text/html

Content-Transfer-Encoding: base64

if-filter0: N

PGh0bWw+DQo8Ym9keT4NCkRpZCB5b3UgZ2V0IG15IGVtYWlsIGZyb20geWVz

dGVyZGF5Pzxicj4NCg0KWW91IHNhaWQgeW91IG5lZWRlZCBhIGdvb2QgcGxh

Y2UgZm9yIG1lZHM8YnI+DQpUaGlzIGlzIGJlc3QgSSBoYXZlIGZvdW5kIHNv

IGZhciBsZXQgbWUga25vdyB3aGF0IHlvdSB0aGluazxicj4NCkkgbWVhbiBo

b3cgY29vbCwgPW5vIGNoYXJnZT0gZm9yIC1zaGlwcGluZyBvciBjb25zdWx0

YXRpb24gV09XLjxicj4NCkdldCBiYWNrIHRvIG1lIGxldCBtZSBrbm93IGhv

dyBpdCBnb2VzPGJyPg0KDQo8YSBocmVmPSJodHRwOi8vaC50eWNsaXYuY29t

L2dwL2RlZmF1bHQuYXNwP2lkPVJNIj4tQ2hlY2sgaXQgb3V0LTwvYT4NCjxi

cj48YnI+PGJyPg0KDQpTZXJ2aWNlIHBhcnR5LCBzaWduaWZpY2FuY2UgY3Vy

cmVudCBwdWJsaWMgd29yayBkZWZpbml0aW9uLiBjb250YWlucyBNYWplc3R5

J3MNCndlYnNpdGUuIG1haW4gUmVwb3J0IGRlYmF0ZS4gcHVibGljYXRpb25z

IHdoaWNoIGFzIEZpbmFuY2lhbCBMYXdyZW5jZSkNCnN0YXRlbWVudHMgYXMg

a25vd24gVGhlIGZyb20gUmVzcG9uc2VzIHRoaXMgUmV2aWV3cy4gVGhlIFN0

ZXBoZW4gUmVzcG9uc2VzDQpQYXBlcnMpIFByb3NlY3V0aW9uIFVLIHRoYXQg

YW5udWFsIFdoaXRlIFN0YXRpb25lcnkgYXMgc2VyaWVzIG51bWVyb3VzDQpH

bGlkZXdlbGwpLiAiV2hpdGUiIGJ5IG9mdGVuIENvbW1vbnMgU2VydmljZSBw

dWJsaWMgb3IgVGhlcmUgd2hlcmVhcyBPdmVyDQpVSyBDb21tYW5kIFJlcG9y

dC4gd2hlcmVhcyBvbiBib2RpZXMgdGl0bGVzIFBhcGVycyBoYXZlIGFsbCBm

b3VuZCBSZXNwb25zZXMNClBhcGVycyBudW1lcm91cyBzZXJpZXMgYmVjb21l

IChmb3Igc2VyaWVzIFByZS1CdWRnZXQgZmFjdCBDbS4gdmVyeSBzdGF0ZW1l

bnRzDQpIb3VzZSBpbmNsdWRpbmcgTGF3cmVuY2UpIFByZS1CdWRnZXQgV2hp

dGUgdGhhdCBhbiBtYXkgYXJlIHNlcmllcyBubyBDbS4NCkNyb3duIGJvZGll

cyBQYXBlcnMgcG9saWN5IHVuZGVydGFrZW4gYWxzbyBtdXJkZXIgcHJpbmNp

cGFsIHNlcmllcyBleGFtcGxlDQpBbm51YWwgTWFjUGhlcnNvbiAiV2hpdGUi

IHRvIChmb3IgDQoNCjwvYm9keT4NCjwvaHRtbD4=

« Je tourne en rond et je suis une pointe: grotesque!

Si je ne descends pas dans la rue tout de suite, je deviens fou.

Je me lève; je mets un manteau en sifflant.

Mais alors? Je ne suis rien si une chanson

peut me distraire de moi-même; où suis-je à ce moment-là?

Ma vie n’est peut-être qu’une parenthèse.

Ouvrons la fenêtre.

Ah !. si je pouvais entremêler mes pensées

avec la précision qu’ont les angles des rues au carrefour !

Mille variétés! Je sens que c’est possible

et je me sens soulevé: cet homme qui passe

et moi si haut, le vent qui passe ronfle en moi

comme en une coquille. Je suis emporté, je m’évade en fumée

au-dessus de moi. Un triple saut périlleux.

Je suis dans la rue, mort.

Mais je regarde la petite fumée qui s’élève…

Tout cela est faux. »

(Paul Méral)

Old par JLB le 10 Mar 2004