cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra cra

Une chanson en -i et en -ois, parlant d’une rue de Paris, d’une grande fille amère et d’un petit mec bouclé.

Combien de jours vais je encore dormir dans nos draps…
Combien de jours cette fois pour ne plus regretter les traces de ta substance sur mon duvet.
Combien cette fois ci?


La sueur coule

de ton oreille à ton cou.

Je l’attrape du bout de l’index

et l’achemine plus avant.


Samedi 05 Juin 2004

A la Saint Igor, fera meilleur dehors.

… héroïque.

Alors, le Tourguenisme …

déborde d’énergie.

Au fait… mon ami… c’est quand ton anniversaire?
C’est qu’on m’a déjà fait le coup.

Il a dit: Je suis d’une génération élevée par des femmes, j’ai pris l’habitude de leur autorité.

Moi j’ai dis: Je suis d’une génération qui s’élève seule.

C’était un instant fort.

Home sweet home

ouille

        Les fins n’existent pas… vraiment.

Je ne vois plus le fond – glou glou

Le principe, il va aller se coucher.
Genre avec le hasard.

Le Hasard.

The Barber

Passiflore

m’a fait

parvenir

cette image.

Elle avait

un grand

sourire.

(minuit zéro six pile)

Encore encore encore.

5 heures pour aligner 4 mots, 3 images.

Happy World

happy world

Think pink!

Trahison!
Partout la trahison!
(Putain de trahison…)
L’absent a toujours tort.

(Formalité)

Le tourgueniste est un être philanthrope, il avance des réponses aux questions que personne n’a encore posé… et que sans doute on ne nous posera jamais.

(Poster & Publier)