Etrangement agréable…
Je tremble
Je n’ai pas froid
Le sommeil me manque
Pas la quiétude
Enfin si parfois
S’activer…
Grande journée numérique…
Aucune certitude…

Old par Gu. le 17 Mai 2003

Gü.

porte

le

deuil

ce

soir

(…)

Old par Gu. le 11 Juil 2003

anti-ride…
on va s’y mettre…
à les racoler…
j’avais froid…
j’étais bien…

Old par Gu. le 06 Mai 2003

Old par Gu. le 18 Juin 2003

Ils sèment
Il s’aime
Ells / M
Il s’émeut
Il sait me…

S’il m’aime…

Old par Gu. le 13 Mai 2003

C’est l’effet magique d’IMPULSE !!!

Old par Gu. le 17 Juin 2003


Old par Gu. le 02 Déc 2004

T

ôdieux

que

C

bOn

(!!!)

Old par Gu. le 18 Sep 2003

G(t)ü. me plai(s)t

Old par Gu. le 18 Mai 2003

SpOkème vibriOn

     Large

   Dimanche, la rue,

On voulait sortir du grand cadre

   Rien d’extraordinaire sortir du grand cadre,

      Non, rien d’extraordinaire

Visiblement, les gens aimaient prendre la tangente, se pencher

   Courir en italique, se dérober, ton mot c’était oblique, tu disais,

        Plutôt rester dans les cadres,

      C’est qu’ils préfèrent, les cachettes, s’enferrer de petites fatigues.


  Rompant le doux continu des jours dichotomes

    Qui cantonnent nos rires à des moues monochromes,

     On discutait, bouches pleines d’offenses,

  Monde fait de violence, et encore du vent,

Des histoires et encore du vent,

Des griefs, des avalanches, des petites revanches

Des reliefs, ou même des identités,

          L’avenir sur ta paume, tu disais,

       Les visages flous des génomes, tu disais,

     En perdre son signalement,

   Combien les mots manquent de discernement,

  Diminuent la vigilance du sujet.

        Pendant que rouge le ciel gazolé dégaze,

      Dans l’air, tout ça qui flotte, rase et s’effiloche,,

         On a peut-être raté le coche

  Il y en avait mille fois trop
, tu disais, mille fois trop,

Aérer, aérer
, tu disais, aérer, revoir la mer, respirer,

  Evoquer la banalité des clichés,

     Le flot des images éculées, tu disais, l’âme cassée,

Fuir l’éphémère, être à tout allant, génant pour l’éternité, adulés.

    Et le vent léger que tu me souffles au creux des voiles,

   Soleil incliné dans tes yeux, apaise mon poux, mon oripale,

      Sans jamais froisser nos mailles, nos pulls qui

       Débraillés nous taillent des silhouettes diverses,

  Pour sûr, on n’y est pas à l’étroit, pour sûr, on aime les porter large.

Tu sentais comme la pluie, des arbres,

Comme la terre mouillée aux pieds des arbres,

  Tu disais, Quands tu me parles, tu joues, quand tu me râles, que tu me tires tes balles,

Je vois pointer comme des astres, oui des mots comme des astres fous
,

   Fumée dans l’air qui flotte pendant que rouge le ciel ébahi, envahit,

                        Rase et s’éparpille

      Comme de longues séries de phrases vides qui vascillent,

                                Mais assassinent quand même,

                                 Collent au palais, étouffent,

Assassinent quand même,


       Tu disais, Sait-on seulement que c’est à chaque fois différent,

     Sait-on seulement que nos vies n’ont rien de répétitif, rien de définitif,,

   Et s’il y a des risques, pourquoi ne pas prendre ces risques?

    On marcherait, la rue, nos écharpes, s’en aller,

Anonymes, dérisoires, périphériques, rien de différent,


              tu disais, nul besoin de se dérober,

   Sans cesse reconquérir, arrêter le temps, photographier le vent,

     Evanouir la zone et les feux qui croisent à l’horizon,

Les saisons, en mener large avec toi, s’épanouir,

            Dimanche, lundi, mardi, et les autres aussi,

Arpenter la ville la nuit, le jour,

             Déclarer son amour à qui vient, qui veut,

   Comme un vieux disque rayé, répéter, répéter, même épuisé,

              Recommencer l’amour entre ses lignes aérées
,

Tu disais, tu sais où nous allons,

                              Il n’y a pas d’horizon finissant,

  De phare,

        Où nous allons, il n’y a que des larges,

   On n’y sera pas à l’étroit, tu sais,

Des larges,

on n’y sera pas à l’étroit
,

                              La mer sait décliner les bleus

(…)

Frédéric

Nevchehirlian

Old par Gu. le 08 Déc 2003

A

hahahahahahahhhhhhhhhhaa

Old par Gu. le 05 Avr 2004

Old par Gu. le 21 Mai 2003

O.G.M.

(Orgones Génétiquement Modifiées)

elles sont encore plus performantes
Old par Gu. le 20 Mai 2003

Papa m’angOisse

Old par Gu. le 18 Juin 2003

L’amOur

c’est

dOnner

ce

que

l’On

a

pas

à

un

autre

qui

n’en

veut

pas

(…)

J.Lacan

Old par Gu. le 19 Août 2003

I lOve jimpUnk

Old par Gu. le 29 Juin 2003

Lorsqu’Igor est triste, ça donne à peu près comme ça…

Old par Gu. le 09 Avr 2003

bonnuit…

Old par Gu. le 27 Mar 2003

Le Poulet : Coooooooot! cot-codak cotcotcot …

galinacé's lovers are always vélocypède's champions !

Old par Gu. le 03 Nov 2003

Le chant des oiseaux avant le sommeil…

Rester soi…

Old par Gu. le 23 Mai 2003

comme les femmes peuvent some



times être dures avec leur chéri!

Old par Gu. le 03 Nov 2003

H -10min

Old par Gu. le 18 Juin 2003

Old par Gu. le 21 Mai 2003

Old par Gu. le 02 Juin 2003

mOn pOisOn viOlent

remember tes yeux plantés dans les miens
tremble ma bOuche à cette évocatiOn
comissure de mes lèvres alOrs se retrOusse
fierté de tOn bras enrOulé sur mOn épaule
(…) mOn hOmme
Old par Gu. le 01 Avr 2004

aléas /// www /// paranOïas

L’acteur (*) peut compter sur son public pour ce qui est d’interpréter des indications mineures comme le signe qu’il se passe quelque chose d’important dans sa représentation. Cette disposition commode (je déteste ce mot) comporte une implication fâcheuse (j’aime bien celui-ci). En raison de cette même tendance à interpréter les signes, le public peut se mépendre sur la signification d’une réplique, ou bien il peut donner un sens gênant à des gestes ou des évenements accidentels, dus à la maladresse ou au hasard et auxquels l’acteur n’entendait pas conférer de signification particulière…

(*) terme générique désignant tant le professionel du spectacle, que le personnage internautique, ou encore mais surtout l’acteur social lambda en représentation, c’est à dire en présence d’un public oméga.

dé-librement inspired bY gOffman

Old par Gu. le 25 Fév 2004

Symptômes réels ou simple hystérie féminine?

Soif la nuit…
Gros seins…
Pipi tout le temps…
Maux d’estomac…
Bouffées de chaleur…

Mini-Gu.?…

Old par Gu. le 08 Avr 2003

S

Old par Gu. le 28 Mai 2003

encorunpola pO

la

Gü.

iS

gO-

ing

tO

be

late

(…)

Old par Gu. le 18 Août 2003

Jo(u)lieGü.

Old par Gu. le 27 Mai 2003

intrOsautOsOâ/#2



s’OctrOyer un large espace, trOp, dessiner un univers, vaste, y (p)Oser sa planète (…)

Old par Gu. le 26 Fév 2004

plicplicplic
Old par Gu. le 16 Fév 2004

death-ambre

!4002 ceva essinif ne no’uq

Old par Gu. le 12 Déc 2004


Old par Gu. le 21 Juil 2003

Si un jour tu peux venir…
C’est assez N.A.P.
C’est quoi N.A.P.?
Neuilly-Auteuil-Passy…
Serieux tu les fais boire un peu, et tu leur fais signer des chèques hein!
C’est très bon ce que vous faîtes, moi ça me parle beaucoup.
Moi mes parents…
C’est time consuming…
Mais sois serieux avec ces gars là
Reste là, écris! écris! Tu nous a mis l’eau à la bouche…
Il faut que je trouve la rentrée d’argent récurrente…
Mais va voir ces petits fils de pute d’Auteuil là!
Comme des belettes.
Je lui ai offert du muguet et une brosse à dent, ça c’est de l’intronisation!
Samedi, dimanche, mardi… moi me lever avant neuf heures c’est chaud…
Nous n’irons plus au bois, les chasseurs sont méchants…
PAIX, AMOUR, LIBERTE ET FLEURS…
L’arme fatale, tu es plein de pertinence, ça bouge!
Big up, luxe, création et beauté…
Quand t’es un poète, y faut raquetter cette racaille!

Old par Gu. le 01 Mai 2003

Old par Gu. le 23 Mai 2003

bY AïnA

Craché par Aïna & re-Craché par Gü.

Old par Gu. le 30 Jan 2004

bAck in tHe strEet mOmO, yeahhh!!!

Old par Gu. le 08 Déc 2003

Le lendemain du premier jour de calvaire mensuel…

Les grues, les terrains vagues, les imprimeries désaffectées…

Le melon mûre, le sorbet à l’anis et les cerises-coeur de pigeon…

Dormir dans des draps fraîchement changés…

Ouvrir le frigo et avoir le choix…

Choisir des papiers précieux, les caresser…

Old par Gu. le 13 Mai 2003

Old par Gu. le 20 Oct 2002

Old par Gu. le 03 Déc 2004

W

e

b

T

V

544x378 click!

clap!

click!

Take this

Watch that

dOn’t misS

the (TV) @

Old par Gu. le 19 Sep 2003

She r@n @W@y (…)

Old par Gu. le 21 Juil 2003


Old par Gu. le 02 Déc 2004

Que ladite personne qui m’a mailé ceci ne s’offusque point de retrouver ses mots (extraits) ci-après:

J’ai cru un instant (faute d’indication de date) que vous aviez craché
« Je préfère coucher avec une carotte » en pensant à moi.

Après réflexion, je me dis que s’il m’était possible de cracher quelque chose sur
tourgueniev.com ce serait la chose suivante : « Je veux bien être une carotte ».

Pardonnez-moi cette pensée botanique du matin, et passez une belle journée.

Le potager, ce héros…

Old par Gu. le 30 Avr 2003

La simplicité est une valeur,
une valeur extrêmement précieuse…
L’introspection offerte à autrui,
l’extravertion comme don pour soi,
le juste retour des choses,
le simplicitextrémisme en mode de vie,
l’aversion pour le raisonnable,
la brutalité des expansifs,
mon émotivité,
la leçon.

Old par Gu. le 30 Avr 2003

Old par Gu. le 04 Juin 2003

danelectrock'nrOll

Old par Gu. le 28 Jan 2004

Avoir le don de faire un bon dans le temps.

Pas comme une machine avec laquelle on voyage, non.

Avoir le don de ne plus sentir la vie.

Pendant un mois un seul.

Comme si l’on m’avait endormie…

Avoir le don de me sortir de ma létargie.

Seule reste à ma conscience la connaissance.

De tous les évenements.

Sans une seule trace d’émotion.

Un être pensant, froid, distant et imperturbable.

Une machine à ne plus vivre…

Old par Gu. le 28 Mai 2003

Pin Up électronique

Old par Gu. le 28 Mai 2003

A l’extrémitude de la solitaire, elle brassait des vagues en remuant le vide…
Troplein d’humains… frénésie de corps… douleur au bas-ventre…

Old par Gu. le 18 Mar 2003

hair cut Or nOt?

Old par Gu. le 27 Jan 2004

Old par Gu. le 07 Avr 2003

– rEward bluE fOur –

Old par Gu. le 12 Jan 2004

Old par Gu. le 12 Juil 2003

L’île de Ré

Elle voulait partir en voyage

A l’île de Ré

Voir de nouveaux paysages

Et ramasser

De jolis petits coquillages

Après la marée.

Je l’ai demandée en mariage

Elle m’a quitté.
Je suis resté seul sur la plage

Assis à pleurer

Cherchant le mauvais présage

Qui aurait pu m’aiguiller

De sorte que je prenne le large

Et me faire embarquer

Sur un navire un peu plus large

Que mes idées.
Elle avait un joli corps sage

Et un short serré

Sans chaussures comme une sauvage

Qu’on pourrait attacher

Les cheveux mouillés par l’orage

Qui n’a fait que passer

Fallait-il y voir un message

De ma destinée.
C’est ainsi que l’échafaudage

De ma vie s’est cassé

La gueule d’au moins plusieurs étages

Un vrai raz-de marée.

Il en faudra bien du courage

Pour pouvoir oublier

Un si joli visage

Et l’île de Ré.
Elle voulait partir en voyage

A l’île de Ré

Je l’ai demandée en mariage

Elle m’a quitté.

Ad lib

Tétard

Old par Gu. le 27 Août 2003

A bas la tyrranie des petits pOis!

(…)

Old par Gu. le 08 Oct 2003

en fait si j’ai peur (…)

Old par Gu. le 10 Mar 2004


Old par Gu. le 03 Juil 2003



Old par Gu. le 10 Mar 2004

Allez, roule pour un supplémentaire!

Gniark-gniark-gniark…

Old par Gu. le 07 Mai 2003

le hik du plébiscite est de s’étiqueter référendum (…)

m’en fOu, mOi je t’aime encOre, malgré mes effOrts!

Old par Gu. le 10 Avr 2004

Old par Gu. le 19 Juil 2003

chabadallOpiumjadisOnasmallredplanet'

Old par Gu. le 23 Jan 2004

Je vais titiller Monsieur Xylo ce soir
Je disposerai même d’un piano un vrai
Après un verre ou deux on pourra boire
Huit pures chansons on aura balancé…

Old par Gu. le 05 Mai 2003

Old par Gu. le 27 Sep 2004

Soyez-en convaincus…
La vie vaut d’être vécue…

Old par Gu. le 23 Déc 2002

Je n’ai plus de seins…
Ni non plus de derrière…
Mais par contre je serai
Toujours ton amie sincère…

Tu veux un calin?

Old par Gu. le 01 Déc 2002

A

Old par Gu. le 28 Mai 2003

Minuit pile

Old par Gu. le 20 Jan 2004

In driving my car

under the blinding sky (…)

Old par Gu. le 24 Juil 2003

Prisonniers de nous-mêmes…
… la liberté avance!!!

Old par Gu. le 06 Déc 2002

l:l:µn<

l:l:µn<

Old par Gu. le 24 Juil 2003

Old par Gu. le 10 Juin 2003

:-) (-mimi-) :-)))

Old par Gu. le 12 Juin 2003

Aïe !

Old par Gu. le 30 Juin 2003

Old par Gu. le 01 Juil 2003

Tétard L’Européen Tonight 7’30 PM

Old par Gu. le 05 Mai 2003

A VENDRE/
MAISON BLEUE-VOLETS JAUNES/
PROVENCE + CIGALES + TERRAIN DE PÉTANQUE/
TRAVAUX DE RENOVATION A ENVISAGER SERIEUSEMENT…

Old par Gu. le 15 Avr 2003

Old par Gu. le 02 Avr 2003

A tOast!
tO tOurgueniev fOr itS birthday!
& tO the whOle tOurguenist’s team…

& … 2 transylvanians

yOur friend, Francky

Old par Gu. le 08 Mar 2004

dimanche

Old par Gu. le 02 Nov 2003

SUPERDOGGY and BATDOGGY, ces héros…

Old par Gu. le 30 Avr 2003

We rose up slowly

Roy Lichtenstein

Oil and magna on canvas

2 panels

173 x 234 cm

1964


Old par Gu. le 14 Août 2003

Old par Gu. le 22 Juil 2003

purple jacket’s cOming back soOn (…)

Old par Gu. le 05 Déc 2004

« TrOp d’autiSme tue l’autiSme »

(…)

Old par Gu. le 23 Juil 2003

Banalement

Ordinairement

Rituellement

Normalement

Béatement

Actuellement

Docilement

&

B.a.d.i.d.e.dement

Assurément

Dorénavant

Généralement

Idéalement

Régulièrement

Lentement

.

.

.

Old par Gu. le 22 Mai 2003

La petite fille : … le pastis tourgueniste est le meilleur d’entre tous ceux des électro-mondes.

Old par Gu. le 28 Mai 2003

On va baiser ce soir

J’ ai un pote, il m’raconte des histoires,
des filles lui disent : “ Tu viens,
on va… Baiser ce soir.”

J’aimrai avoir le culot
de m’emporter ainsi,
de dire ces choses tout haut
“ Et si on Baisait ici ”…

Son regard me met nu
D’insolence je n’ai pas,
Je sucure d’un ton confus
“ Et si on Baisait là ”…

J’ ai un pote, il m’raconte des histoires,
des filles lui disent : “ Tu viens,
on va… Baiser ce soir.”

Hommage à Jean Eustache,
dont la putain disait
sanglotant sans relache
“ Y’a pas de mal à Baiser ”
Hommage à Jean Eustache,
ouvrez les guillemets :
“ Tu me baises bien là oui, comme je t’aime,
il n’y a que toi pour me baiser comme ça
il n’y a qu’un toi il n’y a qu’un moi,
il n’y a que toi pour me baiser comme ça,
il n’y a que moi pour être baisée comme ça par toi…
Quelle chose amusante…
Mais quelle chose horrible et sordide
Y’a pas d’putain y’a qu’des putains… ”
Hommage à Jean Eustache,
fermez les guillemets.

J’ ai un pote, il m’raconte des histoires,
des filles lui disent : “ Tu viens,
on va… Baiser ce soir.”

Moi je voudrais être celle
qui dans les yeux avoue,
Avec une étincelle
“ On va Baiser partout ”…

Moi je voudrais être celle
qui dit quand elle s’endort
dans un soupir sincère
“ On va baiser encore ”…

Mais mon pote, y’m raconte qu’des histoires,
Ces filles lui disent : “ Tu viens,
on va… s’Aimer ce soir ”.

Old par Gu. le 20 Oct 2002

(…)

Pupilles absentes, iris

absinthe baby doll

écoute ses idoles

Jimmy Hendrix, Elvis

Presley, T-Rex, Alice

Cooper, Lou Reed, les Roll-

ing Stones elle en est folle.

La dessus cette Narcisse

se plonge avec délice

dans la nuit bleu pétrole

de sa paire de Levis

(…)

sg

Old par Gu. le 07 Déc 2003

Une bombe!

Old par Gu. le 09 Avr 2003

Rançon
Rançon
Rançon
Rançon
Rançon
Rançon
Rançon
Rançon…

Dormir
Dormir
Dormir
Dormir
Dormir
Dormir
Dormir
Dormir
Dormir
Dormir
Plaisir…

Old par Gu. le 15 Mai 2003

Old par Gu. le 02 Mai 2003

Old par Gu. le 12 Juin 2003

A paraître…
De l’utilité sociale des extra-terrestres

Old par Gu. le 18 Mar 2003

Ménager Doucement Mon Ame

Old par Gu. le 05 Mai 2003

biLL murdereD k

i

L

L

Old par Gu. le 09 Fév 2004

Old par Gu. le 24 Mar 2004

« Never trust a guy who after having been a punk is now playing electro…« 

Old par Gu. le 04 Mar 2003

« là ici »